L'habitat du poisson et les pratiques agricoles

Gestion des effets de nos activités sur l'habitat du poisson

Dépôt de sédiments dans un cours d'eau, causé par le ruissellement.

La Loi sur les pêches définit l'habitat du poisson comme étant des « frayères, aires d'alevinage, de croissance et d'alimentation et routes fmigratoires dont dépend, directement ou indirectement, la survie des poissons ». Par ailleurs, la définition du poisson, selon cette même loi, englobe « a) les poissons proprement dits et leurs parties; b) par assimilation : (i) les mollusques, les crustacés et les animaux marins ainsi que leurs parties, (ii) selon le cas, les oeufs, le sperme, la laitance, le frai, les larves, le naissain et les petits des animaux mentionnés à l'alinéa a) et au sous-alinéa (i) ». En vertu de la Loi sur les pêches, il est illégal de détériorer, de perturber ou de détruire sans autorisation du poisson ou l'habitat du poisson. 

Bon nombre de pratiques agricoles courantes peuvent fragiliser le poisson ou l'habitat du poisson et entraîner des infractions à la Loi sur les pêches pouvant être sanctionnées. Toutefois, en prenant des précautions, vous pouvez éviter ce risque et protéger le poisson et l'habitat du poisson pour le bénéfice des générations futures.

Comment les sédiments affectent l'habitat du poisson?

Avant : Effet de la sédimentation sur le fond d'un cours d'eau et sur les oeufs qui y sont déposés. Après : Effet de la sédimentation sur le fond d'un cours d'eau et sur les oeufs qui y sont déposés.

Les sédiments, le sable et le limon peuvent nuire au poisson et à l'habitat du poisson de diverses façons. En voici quelques exemples :

  1. Ils réduisent la visibilité; il est donc plus difficile pour les poissons de localiser et de capturer leurs proies;
  2. Ils peuvent causer des dommages aux ouïes susceptibles d'entraîner des blessures ou la mort du poisson, et une plus grande vulnérabilité aux maladies;
  3. Ils peuvent combler les fosses et les petits fonds et donc étouffer les oeufs et détériorer la qualité des habitats de reproduction et de grossissement;
  4. Ils peuvent déplacer ou détruire les larves d'insectes qui se trouvent sur le fond, d'où un appauvrissement des réserves de nourriture.

Vous pouvez protéger l'habitat du poisson contre la sédimentation

Évitez de franchir les plans d'eau avec des machines agricoles

Dégâts causés par de mauvaises techniques de passage à gué.

Le franchissement de cours d'eau et de rivières à l'aide de véhicules motorisés, ou passage à gué, peut introduire des sédiments et d'autres contaminants dans l'habitat du poisson. L'équipement motorisé peut également compacter le sol au fond des cours d'eau et des rivières et détériorer la qualité de l'habitat et sa capacité à assurer le maintien de la vie. Pêches et Océans Canada vous conseille d'éviter de passer à gué les cours d'eau et les rivières avec des machines agricoles et vous encourage à utiliser les routes d'accès et les passages existants (ponceaux et ponts, entre autres). Si vous ne pouvez éviter le passage à gué, communiquez avec le biologiste de l'habitat de votre région. Rappelez-vous que vous devez respecter les lois fédérales, mais aussi tous les règlements et lois provinciaux et municipaux en vigueur. 

Tenez le bétail loin des cours d'eau

Toutes les berges de cours d'eau devraient être protégées contre l'accès du bétail. Même si une berge peut supporter le poids d'un humain, elle ne peut probablement pas résister aux déplacements répétés du bétail. Lorsque du bétail accède de façon répétée à des berges, le sol environnant peut céder et déposer des sédiments dans le cours d'eau. Si l'accès au cours d'eau est nécessaire pour abreuver le bétail, des mesures doivent être prises pour le limiter à un seul endroit où le sol est stable. Il est nécessaire de réparer dès que possible tout dégât causé aux berges par le bétail, afin de ne pas fragiliser la structure des berges.

Respectez et entretenez les zones tampons

Illustration d'une zone tampon bien entretenue.

Une zone tampon est une bande de végétation naturelle qu'on laisse autour des plans d'eau lorsqu'on déboise les terres. Cette végétation naturelle joue un rôle de filtre en réduisant l'introduction dans l'eau de sédiments, de pesticides, d'éléments nutritifs et d'engrais. Qui plus est, une zone tampon contribue à la stabilisation des berges et produit de l'ombre et des réserves de nourriture pour le poisson. La largeur d'une zone tampon dépend de divers facteurs, notamment des caractéristiques du sol, de la pente, et du type ou de la qualité de l'habitat du poisson à protéger. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le document intitulé Pratiques de gestion bénéfiques pour les zones riveraines de Terre-Neuve-et-Labrador (en anglais seulement).

Prenez des mesures pour stabiliser les berges

Enrochement utilisé pour stabiliser les berges d'un cours d'eau.

Que ce soit en raison des activités humaines, de la présence d'animaux ou de causes naturelles, les berges ont parfois besoin d'être stabilisées. Une berge instable peut entraîner l'introduction de sédiments dans les cours d'eau. L'effondrement d'une berge dans un cours d'eau ou une rivière peut détériorer ou détruire l'habitat du poisson.

Une berge instable ou qui s'érode peut dévier l'eau d'un cours d'eau et la diriger vers les terres adjacentes, ce qui peut causer de l'érosion et endommager les champs. Il faut absolument éviter de contribuer à l'érosion des berges. Voici quelques conseils à suivre pour stabiliser des berges instables :

  1. La remise en végétation est la méthode idéale de stabilisation des berges;
  2. L'enrochement utilisé pour stabiliser les berges doit  être propre et exempt de fines particules, et les pierres doivent être de taille suffisante pour ne pas être emportées lors des inondations;
  3. Les murs de gabion (cubes grillagés remplis de blocs de carrière) peuvent être utilisés dans les zones où on ne peut utiliser d'enrochement en raison de la trop forte pente des berges;
  4. Le dispositif de stabilisation ne doit pas réduire la largeur du cours d'eau;
  5. Le matériau de stabilisation doit être placé, en partant de la base de la berge, jusqu'au niveau d'eau le plus haut prévu ou jusqu'au haut de la berge;
  6. Toutes les activités de stabilisation doivent être  effectuées par temps sec;
  7. Communiquez avec le biologiste de l'habitat de votre région pour obtenir des conseils sur la stabilisation des berges.

Connaissez les autres substances nuisibles pour l'habitat du poisson

Épandage de fumier et d'engrais

L'utilisation inadéquate de fumier et d'engrais peut nuire au poisson et à l'habitat du poisson. Ces matières peuvent aboutir dans les plans d'eau par ruissellement et détériorer la qualité de l'eau en y introduisant des bactéries (dans le cas du fumier). Les teneurs élevées en éléments nutritifs du fumier et des engrais peuvent entraîner la prolifération d'algues dans les plans d'eau. Voici quelques règles à respecter en ce qui a trait à l'utilisation de fumier et d'engrais :

  1. Le fumier et les engrais doivent être entreposés correctement dans des installations adaptées situées loin des plans d'eau;
  2. N'utilisez que la quantité minimale nécessaire aux cultures, afin de réduire le ruissellement; 
  3. N'épandez pas de fumier sur un sol gelé ou couvert  de neige, ni dans les zones inondables; 
  4. Pour de plus amples renseignements sur la gestion du fumier et des engrais, veuillez consulter les lignes directrices en matière de pratiques agricoles écologiques.

Pour tout renseignement complémentaire sur un des sujets évoqués ci-dessus ou sur tout autre sujet concernant la protection du poisson et de l'habitat du poisson, veuillez communiquer avec le biologiste de l'habitat de votre région.

Biologiste de secteur (habitat) - Centre 
Pêches et Océans Canada
4A, rue Bailey, Bureau 200
Grand Falls-Windsor (T.-N.-L.)  A2A 2T5
Tél. : 709-292-5197
Fax : 709-292-5205

Biologiste de secteur (habitat) - Est
Pêches et Océans Canada
1144 Topsail Road
Mount Pearl (T.-N.-L.)  A1N 5E8
Tél : 709-772-5597
Fax : 709-772-2659

Biologiste de secteur (habitat) - Sud
Pêches et Océans Canada
1144 Topsail Road
Mount Pearl (T.-N.-L.)  A1N 5E8
Tél : 709-772-7345
Fax : 709-772-2659

Biologiste de secteur (habitat) - Ouest
Pêches et Océans Canada
1 Regent Square
Corner Brook (T.-N.-L.)  A2H 7K6
Tél : 709-637-4349
Fax : 709-637-4445

Biologiste de secteur (habitat) - Labrador
Pêches et Océans Canada
202 Kelland Drive
Goose Bay (T.-N.-L.)  A0P 1C0
Tél : 709-896-6151
Fax : 709-896-8419

DFO/2008-1381
Cat. No. Fs114-11/2008F-PDF
ISBN: 978-0-662-08192-0